f
MeltingComics

Justice League #3: Le trône de l'Atlantide

10 Juillet 2014 , Rédigé par Belette Publié dans #Justice League, #Comics

Justice League #3: Le trône de l'Atlantide

Sous l'océan

Justice League ou le comics pop-corn par excellence. Mêlant généralement bastons et drama digne de série B, le plaisir coupable qui suit la lecture des planches est pourtant bien là.

Après le baiser entre WonderWoman et Superman -drama- et le licenciement de l'agent de liaison affecté à la Justice League, jugé trop attaché à WonderWoman -drama- l'équipe se met en tête d'aider la super-héroïne américaine à arrêter Cheetah, anciennement sa meilleure amie -drama-. Bon ok j'arrête. Surtout que je suis de mauvaise langue aux vues des qualités présentes.

Nous commençons donc avec une course poursuite entre la Justice League et Cheetah. Un récit bourré d'action et très vif dans le déroulement. Apprendre les origines d'un personnage important dans l'univers des super-héros est toujours un plaisir. De plus, l'auteur laisse une part de romance entre nos deux héros et fini sur un twist plus aguicheur.

Mais si le tome porte le titre "Le trône de l’Atlantide", ce n'est bien évidement pas pour cette histoire. Plusieurs missiles issus de la surface explosent près de l'Atlantide. Le Roi, frère d'Aquaman, est persuadé que l'attaque est préméditée par les rampants vivant à la surface et soulève une armée pour assouvir sa soif de vengeance. Complot ou réel acte terroriste des humains ? Le scénario se révèle très léger et utilise certaines ficelles aussi grosses que des cordes d'escalades.

Malgré tout, le plaisir est immédiat. Le tout rendu possible par des dessins tout simplement superbes, un rythme maîtrisé et des scènes d'actions suffisamment bien chorégraphiés pour rendre le tout vivant.

Justice League #3: Le trône d'Atlantide confirme ses qualités et ses défauts. Un comics pop-corn tout ce qu'il y a de plus savoureux.

Justice League #3: Le trône de l'Atlantide

Critique réalisée avec l'édition:
Justice League #3: Le trône de l'Atlantide, 2014 chez UrbanComics

Commenter cet article