f
MeltingComics

Batman: Sombre reflet #2

31 Juillet 2013 , Rédigé par Belette Publié dans #Batman, #Coups de coeur, #Comics

Batman: Sombre reflet #2

Miroir, mon beau miroir.

On retrouve notre nouveau Batman préféré: Dick Grayson. Un beau matin le cadavre d’un orque épaulard se retrouve étendu sur le sol d’une banque.

Après dissection, un cadavre sort du ventre de la pauvre bête. Batman cherche donc quel message souhaite faire passer l’auteur et quelles en sont les raisons.

Cette première histoire marque une césure avec le premier volume. On se demandera quel est le lien avec les histoires précédentes. Je vous facilite la tâche : il n’y en a pas. L’histoire n’en reste pas moins excellente. Dick Grayson est un excellent Batman. On prend plaisir à le voir s’habituer à son nouvel apparat. Et à travers les pages on sent bien qu’il est entrain de s’accaparer son nouveau rôle.L’intrigue est, elle aussi, excellente. Des scènes d’actions sublimes et quelques twists bien placés.

La seconde partie du tome marque la fin de l’arc "Sombre Reflet" avec comme acteur majeur : la famille Gordon. Que cela soit sa fille, son ex-femme ou son fils, ils se mêlent tous à la fête. Et ici l’écriture est tout simplement magnifique. On se retrouve entraîné comme dans un excellent polar. L’histoire est sombre et la tension qu’elle instaure est palpable.

On notera l'apparition d'une guest: Le joker. Son intervention n'apporte rien au scénario mais étoffe la relation qu'il a avec Batman. En effet notre Clown préféré réclame à corps et à cris son "Batou" et pas ce vulgaire "rouge-gorge" ("Robin" en anglais) qui le remplace.

Un autre sans faute pour les illustrations. C’est net, précis et vivant. Malgré un style "crayonné", que j’adore, tout est parfaitement lisible. Les expressions ainsi que les actions sont justes parfaites.

Batman Sombre reflet 1 & 2 font donc partis du (très) haut du panier. Un polar indispensable aux dessins sublimes.

Batman: Sombre reflet #2

 

Critique réalisée avec l'édition:
Batman: Sombre reflet #2, 2012 chez UrbanComics

Commenter cet article