f
MeltingComics

Hellboy #1: Les germes de la destruction

9 Octobre 2013 , Rédigé par Belette Publié dans #Comics, #Hellboy

Hellboy #1: Les germes de la destruction

Welcome in Hell, boy !

Après avoir vu les deux films sur le diablotin rouge je me suis dit qu'il serait intéressant de lire l'oeuvre originale. Voyons voir si j'ai eu raison.

Premier constat ; le début fut bien adapté. Les nazis cherchent à toucher au surnaturel avec le projet Razorback. Malgré une incantation bien réalisée, la créature apparaît plus au Sud, face au Professeur Bruttenholm: Hellboy est né.

Cinquante ans plus tard, Hellboy fait partie du bureau de recherche et de défense sur le paranormal (B.P.R.D). Son maître s'étant fait attaquer par un crapaud transgénique, il part enquêter avec son équipe : Abe, un amphibien bleuâtre, et Lize, une femme torche.

L'enquête se déroule au manoir Cavendish. Chacun de ses enfants partent inlassablement en expédition dans la Nord et disparaissent. La dernière équipe comprenait à son bord le "père" d'Hellboy.

Le scénario est agréable à suivre malgré un temps mort en milieu du tome. La narration est aussi brouillonne. La lecture demande une certaine concentration pour ne pas décrocher. Les germes de la destruction étant le premier volume, plusieurs éléments et, bien sûr, protagonistes sont introduits d'un seul bloc.

La très grande qualité de l'oeuvre est bien son originalité et son ancrage dans l'Histoire. Les nazis et autres événements historiques connus de tous son côté à côté avec la mythologie de l'oeuvre.

Le style visuel utilisé est assez spécial. Les planches sont sans détails et les contours des personnages sont grossiers. Cependant, la lecture ne s'en retrouve pas alourdie et tout est parfaitement géré. On espère juste une amélioration dans les prochains tomes.

Hellboy : Les germes de la destruction est une bonne surprise. Je ne connaissais pas du tout le héros et voici une bonne série pour se lancer.

Hellboy #1: Les germes de la destruction

Critique réalisée avec l'édition:
Hellboy #1: Les germes de la destruction, 1994 chez Delcourt

Commenter cet article